Incontinence et fuites urinaires après un accouchement
4 (80%) 1 vote

Incontinence après l’accouchement – De nos jours, l’incontinence est devenue un véritable problème de santé publique. En effet, le nombre de femmes aujourd’hui atteintes de fuites urinaires a considérablement augmenté ces dernières années. Et dans de nombreux cas, l’âge se révèle être un facteur déterminant. C’est pourquoi nous nous penchons aujourd’hui sur la question, et vous révélons les véritables raisons de ce problème.

 

Créez votre espace grossesse privé et partagez avec vos proches

 

Qu’est ce que l’incontinence ?

L’incontinence est définie comme une perte involontaire et incontrôlable d’urine, et résulte d’un dysfonctionnement de l’appareil urinaire. Les personnes victimes de ce trouble peuvent alors se retrouver dans l’incapacité occasionnelle voire permanente de retenir leur envie d’uriner, et ainsi de ne pas avoir le temps d’atteindre les toilettes. Cela peut parfois même engendrer des troubles psychiques, dans la mesure où cela provoque un sentiment de honte et de crainte par rapport aux autres. Résulte alors une envie d’isolement et de repli sur soi-même, allant parfois même jusqu’à la dépression.

 

Incontinence et fuites urinaires après un accouchement

 

Comment se manifeste l’incontinence ?

Avec 4 millions d’incontinents en France, dont presque deux femmes sur trois aujourd’hui, ces dernières sont les plus touchées par ce problème. En effet, l’incontinence peut être liée à de nombreux facteurs : une mauvaise hygiène de vie, des antécédents familiaux… Mais aussi et surtout la grossesse, l’accouchement et l’âge.

A lire aussi : Soigner la grippe quand on est enceinte ?

Dans un premier temps, la grossesse et l’accouchement affectent négativement les appareils urinaires et génitaux féminins, en particulier le périnée et le sphincter. Très sollicités tout au long de leur vie, ceux-ci finissent par se fragiliser, et perdent ainsi de leur tonus. De plus, en vieillissant, les femmes sont confrontées à l’arrivée de la ménopause. Par définition, il s’agit de l’arrêt total de la sécrétion d’hormones, qui détériore en partie le maintien des tissus musculaires et des muqueuses des appareils urinaires et génitaux. La carence hormonale que produit cet arrêt brutal affaiblit le plancher pelvien, et fait place dans la plupart des cas à des fuites urinaires.

 

Des pertes utinaires plus ou moins conséquentes

On retrouve alors le plus souvent deux formes d’incontinence chez les femmes : l’incontinence d’effort et l’incontinence par impériosité. Celles-ci imposent aux victimes des pertes involontaires et plus ou moins conséquentes d’urine, et peuvent se manifester n’importe quand, notamment lors de rires, d’éternuement ou encore de toux. Enfin, pour plus d’informations sur les différentes manifestations des fuites urinaires chez les femmes, n’hésitez pas à visiter ce guide de l’incontinence qui est à mon sens, très bien fait et vous apportera d’autres informations sur les fuites urinaires.

De plus, plus l’on vieillit, plus on augmente les risques d’être atteint par un problème d’incontinence. En effet, avec l’âge, comme les femmes le vivent des suites de la ménopause, les muscles des appareils génital et urinaire des hommes perdent de leur tonus, entraînant ainsi un relâchement du périnée, et respectivement une perte de contrôle de la miction. L’incontinence peut également faire son apparition suite à un accident ou une maladie par exemple.

On distingue alors deux formes plus développées, notamment chez les personnes âgées :

• L’incontinence urinaire transitoire : elle apparaît le plus souvent suite à un accident (AVC, fracture, infection, etc.), mais est facilement guérissable.

• L’incontinence urinaire chronique : au contraire due à une maladie comme la maladie de Parkinson ou la démence par exemple, celle-ci peut être limitée mais pas totalement guérie.

 

Quelles solutions pour pallier à l’incontinence féminine ?

Dans un premier temps, le port de protections urinaires semble la solution la plus simple à adopter. Il existe en effet de nombreux modèles sur le marché, qui s’adaptent parfaitement à la silhouette, les rendant quasiment invisibles sous les vêtements, et qui procurent un certain confort. Certaines solutions peuvent quant à elle permettre de réduire partiellement voire totalement les problèmes d’incontinence. On retrouve ainsi la rééducation périnéale, généralement prescrite à la suite d’un accouchement. Réalisée auprès d’une sage-femme ou d’un kinésithérapeute, la mère réalise différents exercices permettant de muscler et tonifier le périnée, et ainsi réduire les risques d’incontinence.

A savoir qu’il est également possible pour les femmes n’ayant pas assisté à des séances de rééducation du périnée de prendre contact directement avec un kinésithérapeute, même des années après un accouchement.

A lire aussi : Manger du chocolat quand on est enceinte est bon pour la santé

Enfin, dernière solution et pas des moindres : faire appel à la chirurgie. Même si elle peut emballer au début rien qu’à l’idée d’éliminer le problème d’incontinence, ce n’est cependant pas une chose à prendre à la légère. En effet, celle-ci peut se révéler douloureuse, et provoquer des effets indésirables auxquels vous n’auriez pas forcément pensé.

N’hésitez donc pas à prendre rendez-vous avec un médecin qualifié, qui vous conseillera sur la solution la plus adaptée à votre problème !

 


Idéal pour partager l'évolution de votre grossesse, uniquement avec vos proches


Les recherches suivantes ont permis de retrouver cet article:

  • incontinence et fuitres urinaires chez la femme qui vient d’accoucher
  • les causes de l’incontinence
  • fuitres urinaires après mon accouchement
  • prévention contre l’incontinence urinaire
  • rééducation périnéale contre l’incontinence
  • incontinence suite à l’accouchement
  • comment éviter les fuites urinaires après son accouchement
  • grossesse et incontinence
  • post-partum
  • accouchement par voie basse

 

►Vidéo : Mon périnée et l’incontinence après un accouchement dans les maternelles

Incontinence et fuites urinaires après un accouchement
Taggé sur :                

Une réflexion sur “Incontinence et fuites urinaires après un accouchement

  • 03/05/2016 à 21:11
    Permalink

    En agissant sur la principale cause du trouble. Il suffit, en effet, d’une légère descente de la vessie sur l’urètre, donc vers le bas du ventre, pour que des fuites surviennent lorsqu’on tousse, rit ou court… Premier traitement à essayer : la rééducation. Prescrite sur ordonnance, remboursée par la Sécurité sociale, la rééducation est pratiquée par un médecin rééducateur ou un kinésithérapeute spécialisé. L’étiopathie reste aussi une méthode efficace pour régler le problème d’incontinence.

Laisser un commentaire